Halte aux OFNI’s!

Les OFNI’s sont des Objets Flottants Non Identifiés, c’est-à-dire les déchets retrouvés dans et autour de nos cours d’eau : canettes, bouteilles, sachets plastiques, autres emballages, déchets verts et même des encombrants.

Au-delà des déchets jetés directement dans les rivières, ce sont nos déchets abandonnés dans les avaloirs, dans les égouts, aux bords des routes, qui se retrouvent dans nos cours d’eau et à terme dans la mer.

Parce qu’ils sont mouvants et passent sous les ponts, ces déchets sont parfois peu remarqués.

C’est pourquoi, dans le cadre du projet « Halte aux déchets sauvages » lancé par le Service Public de Wallonie, 9 Contrats de Rivière, sous la houlette du CR Sambre, se sont associés afin de stopper ces déchets flottants sur nos cours d’eau.

Ces barrages permettent tout d’abord de récupérer les déchets flottants sur nos cours d’eau mais également de sensibiliser la population, les écoles,…

UNE PREMIERE CAMPAGNE

Durant tout le printemps, les deux barrages flottants acquis par la cellule de coordination du CR Semois-Chiers ont été utilisés dans les Communes du sous-bassin notamment à l’occasion de « ’Opération Communes et Rivières Propres ».
Après cette grande opération de nettoyage (plus de 3 mois), voici les résultats :

Graphique des différents types de déchets récoltés.

Graphique des différents types de déchets récoltés.

On retrouve surtout des déchets ayant une forte capacité de flottaison : des morceaux de frigolite, des bouteilles et déchets en plastique, ainsi que des berlingots en carton.
Remarque : aucune tonte de pelouse n’a été récoltée car la campagne s’est terminée juste avant la saison des tontes.

Graphique des quantités de déchets récoltés.

Graphique des quantités de déchets récoltés.

Sans surprise, on constate que le nombre de déchets récoltés varient en fonction du nombre de riverains. A titre d’exemple, nous avons récoltés plus de déchets dans les Communes de Virton ou Etalle que dans les Communes de Tintigny ou Saint-Léger.
Outre l’aspect sensibilisation, cette première campagne nous a permis d’apprendre à adapter nos barrages à la situation de terrain (courant, hauteur de berge,…) et aux conditions climatiques et hydrauliques, dans le but d’optimiser leur efficacité.

N’oublions pas que le meilleur déchet est celui qui n’existe pas !

Comments are closed