Belles… mais si invasives !

Considérée comme une plante très décorative, elle a longtemps été vendue dans les jardineries et introduite dans beaucoup de jardins.

Attention à la renouée !

Les renouées asiatiques sont des plantes exotiques géantes capables de coloniser rapidement l’espace en formant des massifs denses et impénétrables.

depliant-renouee

Dispersion épidémique

Les renouées asiatiques sont également dotées d’une forte capacité de régénération. Elles se propagent très facilement à partir de fragments de rhizomes et tiges. Un petit bout de rhizome de quelques centimètres peut régénérer un tapis dense et étendu de renouées !

Les terres contaminées en sont le principal vecteur de dispersion. Il faut donc éviter de déplacer ces terres, par exemple lors de chantiers de construction.

Biodiversité menacée

Dépourvues de prédateurs locaux et de compétiteurs, elles se sont avérées très invasives et donc défavorables à la biodiversité. Elles étouffent et éliminent les plantes indigènes, appauvrissent les milieux naturels et banalisent les paysages.

Activités humaines perturbées

Elles rendent l’accès aux berges malaisé, limitent la visibilité le long des routes, gênent l’exploitation forestière et dégradent les infrastructures (trottoirs, …).

Des cours d’eau malmenés

Elles favorisent l’érosion de berges en période de crues et augmentent les risques d’inondation en freinant l’écoulement de l’eau.

Nouvelle méthode de lutte en Gaume

affiche-musson

Aucune technique de lutte n’étant à ce jour validée, une série de tests sont en cours.

Parmi les plantes grimpantes indigènes, la clématite des haies (Celmatis vitalba) présente certaines caractéristiques intéressantes : croissance annuelle très élevée (rameaux de 8-10 m observés en un an, la littérature ne mentionnant des croissances que de 3-4 m/an …), repousses annuelles au départ des pousses précédentes (donc augmentation du volume de la plante chaque année), plante ligneuse et rustique à tendance calcicole, aucun marcottage (ce qui facilite son élimination après gestion).

Des clématites des haies (3 plants par mètre courant) ont été plantées en périphérie des différentes placettes de renouée du Japon. Ces clématites plantées à l’automne vont grimper sur les tiges des renouées et au fur et à mesure de leur croissance vont étouffer ces renouées.

Communes pilotes

Les communes de Tintigny, Florenville, Saint-Léger, Virton, Rouvroy mais également Musson passent à l’action et luttent contre la renouée du Japon en plantant des clématites des haies.

Merci de l’attention que les Communes ont bien voulu accorder à cette problématique des plantes invasives.

tableau-renoueesphotos-renouees

Comment agir ?

Observation

Chacun peut jouer un rôle dans la gestion des plantes invasives. Restez attentif à votre environnement et n’hésitez pas à signaler au Service Travaux ou au Contrat de Rivière Semois-Chiers l’emplacement de ces plantes invasives.

Prévention

Mais évitez également de les disperser !

Ne pas abandonner les déchets verts dans la nature.
Ne pas déplacer les terres contaminées par les renouées.
Ne pas laisser tomber de fragments dans les cours d’eau ni lors du transport.
Ne pas composter soi-même les renouées du Japon.
Ne pas broyer les tiges.
Vous avez des questions ?

N’hésitez pas à contacter le Parc Naturel de Gaume ou le Contrat de Rivière Semois-Chiers.

Contrat de Rivière Semois-Chiers
Tel : 063/388.944

www.semois-chiers.be

logo-parc-naturel-de-gaume

Anne LEGER

Tel : 063/45.71.26

a.leger@pndg.be

www.parcnaturelgaume.be

En savoir plus ?

www.semois-chiers.be/infos-pratiques/especes-invasives/

http://biodiversite.wallonie.be/fr/invasives.html?IDC=5632

Source : dépliant « Les renouées asiatiques. Espèces invasives en Wallonie » édité par le SPW-DGO3

Comments are closed